Votre Panier

    Votre panier est vide
    Total : €0.00

    Embarquez pour un voyage de votre canapé

    Alain de Botton est un écrivain et philosophe anglais qui a notamment créé la School of Life, une école de la vie pour apprendre tout ce qu’on ne peut pas apprendre à l’école : comment faire durer l’amour, comment affronter un deuil, comment aller au bout de son potentiel dans la vie etc... 

    Pour le Financial Times, il a réfléchi à cette période de confinement et nous invite à abandonner un instant écrans et esprit de performance. Cette obligation de rester chez soi pourrait en fait être LE moyen de reconquérir une vie intérieure trop souvent oubliée ? Petits exercices pour élever son âme sans bouger du canapé.

    « Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir  demeurer en repos, dans une chambre. » C’est en partant de cette (belle) citation de Blaise Pascal qu’Alain de Botton, philosophe, développe une théorie bien utile à l’heure du confinement, celle des voyages immobiles.Parce qu’être enfermé entre quatre murs est trop souvent vécu comme une punition, de Botton rappelle qu’en réalité nous avons tout ce qu’il faut pour voyager - même en mode couch potato confiné. Ce qu’il nous faut, c’est nous.

    D’après lui, nous avons l’antidote ultime à l’ennui et c’est l’esprit, la mémoire, la pensée. Nos réflexions, quelles qu’elles soient, et nos souvenirs devraient suffire à nous occuper. Éloignés des autres, nous pouvons développer notre personnalité propre ou faire des choix longtemps repoussés (quitter quelqu’un, un job, s’excuser auprès d’un ami…). Nous pouvons également nous connaître - ou même nous découvrir - mieux, en version nature peinture, sans aucun fard social. Et puis, nous pouvons voyager avec deux exercices. 

    D’abord, asseyez-vous tranquillement et revisitez simplement les expériences que vous avez pu faire. Trop souvent, on édite nos souvenirs, en n’en gardant qu’une portion, alors que si l’on prend le temps (et nous l’avons), on peut à nouveau s’émerveiller de morceaux quasi intacts, bien rangés dans notre mémoire… Essayez ! Par exemple, pensez à un voyage que vous avez fait et posez-vous des questions simples comme « où sommes-nous allés après avoir atterri ? » ou « comment était notre premier petit déjeuner ? ». Rien n’a disparu, tout est là dans votre tête et se déplie lentement sous vos yeux.

    Ensuite, regardez la beauté de ce qui vous entoure. Oui, on parle de votre sofa 3 places là. Pourquoi l’avez-vous acheté ? Qu’avez-vous attendu de lui ? Quelles conversations avez-vous eu dessus ? Telle une Mari Kondo philosophique, exprimez de la gratitude pour vos objets et meubles - le lit qui héberge vos nuits, cette robe de chambre assortie à vos draps, etc… Considérez tout avec l’esprit du voyageur, c’est-à-dire réceptif et plein d’appréciation.

    Ce n’ est pas un hasard si parmi les plus grands penseurs de l’histoire du monde moderne, nombreux sont ceux ayant passé beaucoup de temps seuls dans leur chambre. Le silence donne l'opportunité de saisir les choses que nous voyons généralement sans les observer proprement, et de comprendre ce que nous avons ressenti mais pas procédé de manière adéquate.

    Vous êtes une formidable boîte noire et la plus sophistiquée des machines de réalité virtuelle. Et dites-vous ceci : nous n’avons pas été enfermés, on nous a juste donné la possibilité d’explorer des continents intérieurs essentiels - et infinis.

     

    SOURCE : Alain de Botton - How to travel from your sofa