Nous assurons toujours nos livraisons dans le respect des règles et de la sécurité de tous nos partenaires.

Si tu n’as pas fait ton propre pain, as-tu vraiment vécu le confinement ? Incroyable mais vrai, le monde entier (ou presque) a littéralement mis la main à la pâte ces dernières semaines pour pétrir des miches, remède ultime  à l’ennui de cette quarantaine. 

 

En France, le tuto de pain de campagne par Céline Maguet ou les superbes créations de @photisserie (ci-dessous) sont devenues des références sur Insta - qui ne parle plus que de pourcentage d’hydratation et de farine T-quelquechose. Et l’on se prend à rêver devant l’incroyable bibliothèque de levains, de St Vith en Belgique… Bread is the new cool.

On vous en parlait il y a quelques semaines dans un de nos articles : aux USA, les recherches pour acheter de la farine en ligne ont augmenté de 503% et celles sur la levure de… 1121% (en France, les ventes de levure ont également explosé : 208% pour la farine et 168% pour la farine). Face à la pénurie, des petits malins ont trouvé la parade - et il ne s’agit pas de produire son propre levain à partir de patates, comme l’explique “la bible du survivalisme”. Un tout nouveau business est en train de se développer outre-Atlantique : la vente en ligne de box pour faire son pain maison et de tout le nécessaire pour transformer sa cuisine en boulangerie. Sur Etsy, il y a désormais plus de 300 vendeurs de farines artisanales, de levain maison et de kits de pâtisserie... 

The Hustle, dans un article très fouillé sur ce nouveau type de DIY, obtient d’étonnantes conclusions : sur 900 lecteurs (vous pouvez lire tous leurs récits ici, en anglais), voici les raisons invoquées à leur engouement soudain pour le pain maison.

  • Le réconfort : “Les tâches simples et répétitives ont quelque chose de thérapeutique”

  • La gestion du stress : “Faire son pain est un moyen d’échapper au chaos ambiant” comme expliqué ici.

  • L’autonomie : “Nous devons revenir à l’essentiel et apprendre à faire les choses nous-même plutôt que de dépendre des autres”

  • Le lien social : “C’est agréable de ‘partager son pain’ avec ses amis, à distance”

  • Le faible coût : “Où pouvez-vous trouver 10 brioches toutes fraîches à moins d’un dollar ?”

  • La peur des magasins : “Avec l’épidémie, aucun moyen que je sorte faire des courses”

  • L’ennui : “On cherche tous un moyen de s’occuper” 

Aux Etats-Unis, le boom des recherches sur “how to make bread” commence autour du 13 mars, la date à laquelle Donald Trump a déclaré l’état d’urgence dans le pays. Action. Réaction. 

Les recherches pour les recettes de pain au levain online ont littéralement explosé, dépassant même celles pour celui qui était devenu l'emblème du confinement : le banana bread. Impensable - et pourtant. 

 

Ensuite, c’est toute la chaîne de valeur du pain qui a explosé : + 1 258% visites sur les recettes de levain des sites de cuisine “Delish” et “Betty Crocker” et + 3 618% d’intérêt pour la farine sur Amazon, qui a aussi enregistré un boom des ventes de livres de recettes et des kits pour faire son pain.

Les ventes de machines à pain ont aussi soudainement bondi de 652% en ligne, alors qu’elles étaient passées de mode depuis plusieurs années. Quant aux fabricants de levain, ils n’arrivent plus à suivre la cadence : les ventes de Red Star Yeast, filiale américaine du leader mondial de la levure, ont explosé de 647%...   

En Californie, les vendeurs de levures artisanales sont devenus les nouveaux dealers : leurs petits sachets de poudre blanche pourraient passer pour de la cocaïne. Même chose sur eBay, où les différents levains ont des petits noms (“Black Death”, “Bread Pitt,” “Bubba,” “Wilson”) et une origine bien précise.

Même la Silicon Valley et ses tech bros se sont engouffrés dans ce sillon pâteux (sachant qu’ils avaient reniflé l’odeur opportune du levain il y a déjà quelques années) avec des gadgets technologiques qui permettent de surveiller la fermentation de son levain - dont l’assez tentant tracker connecté Sourd.io, sorte d’Apple Watch du boulanger.

Partout, des particuliers surfent désormais sur cet engouement et se mettent à vendre leurs pains à leurs voisins (en s’assurant de respecter les règles de distanciation sociale, of course), afin d’arrondir leurs fins de mois... C’est le cas de Cody, qui travaille habituellement dans la production vidéo à San Diego, et qui utilise maintenant son Insta pour faire la pub de son nouveau business. 

Bienvenue donc dans la “nouvelle économie/boulangerie”...

La question reste de savoir ce qui se passera ensuite pour tous ces as du pâton. Reconversion professionnelle ? Respect accru des artisans dont c’est le métier ? Militantisme pour l’art du levain ? Intolérance de masse au gluten ? Les paris sont ouverts.

Personnalisé selon les
besoins de votre peau
Carthame, calendula, coco
Nourrit, apaise, purifie
Concombre, Aloe Vera
Hydrate, apaise, revitalise
Quartz rose
Apaise, tonifie, draine
Article précédent
Article suivant
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Votre panier
Votre panier est vide.
Boutique