Profitez de 10% de réduction avec le code WELCOME10* et de la livraison offerte à partir de 40€ d'achat.
*Offre valable une seule fois.

Votre Panier

    Votre panier est vide
    Total : €0.00

    Préparez-vous au plus grand gaslighting*…

    Voici une brillante tribune dans Medium signée Julio Vincent Gambuto. Tellement brillante que nous nous sommes contenté(e)s de la traduire et de l’adapter légèrement - le nom des marques par exemple. 

    Bonne lecture (et grosse claque) !

     

    Le *gaslighting, si vous n’êtes pas familier avec le terme, se définit comme une manipulation assez bien faite pour vous faire douter de votre propre santé mentale. Par exemple, Antoine fait croire à Lola qu’elle est folle, alors qu’elle l’a clairement surpris en train de la tromper : il l’a gaslitée.
    Bientôt, lorsque le pays va trouver comment « réouvrir » et repartir enfin de l’avant, des forces très puissantes vont tenter de nous convaincre de revenir « à la normale ». Rien n’est arrivé, ça n’a jamais existé - mais de quoi tu parles ? Des milliards vont être dépensés en publicités, en messages diffusés, en contenus télé et média pour que vous vous sentiez à nouveau heureux. Des affiches et des pubs à l’ancienne, mais aussi des formes plus contemporaines avec des memes qui vous rappelleront que ce que vous voulez, c’est la normalité
    En vérité, vous voulez le sentiment de la normalité - et nous le voulons tous. Nous voulons désespérément nous sentir à nouveau bien, retourner à nos petites routines, ne pas se taper des insomnies en se demandant comment on va payer le loyer du mois prochain, ne pas se réveiller pour scroller infiniment des news tragiques sur notre smartphone, pouvoir apprécier une tasse de bon café et simplement partir bosser le matin. Ce besoin de confort est réel et il sera bientôt encore plus pressant. Et toutes les marques vont voler à notre secours, chère consommatrice, cher consommateur, pour nous faire oublier cette période sombre et nous ramener à la vie telle qu’elle était avant la crise. Mais soyez vigilants.
    Depuis les 100 dernières années, l’industrie multimilliardaire de la pub a opéré sur ce principe : trouver le problème du consommateur et le régler avec son produit. Quand le problème est pratique ou technique, la solution est « vue à la télé » et dispo chez Leroy Merlin. Mais quand le problème est émotionnel, la solution devient partie intégrante de votre vie et vous devenez un client fidèle. Coca Cola vous rend : heureux. Mercedes Benz vous rend : successful. Une croisière Costa en famille vous rend : spécial. Les petits malins du marketing savent évidemment comment mettre en avant comment les marques peuvent vous rendre la vie facile, mais les meilleurs d’entre eux, les plus brillants, connaissent le chemin vers votre cœur. Et sans aucun doute, ce sont nos cœurs qui ont été le plus traumatisés par ces derniers mois. Nous, les membres de la société, sommes désormais vulnérables d’une manière tout à fait inédite. 
    Cependant, ce que ce traumatisme de masse nous a montré ne peut pas être complètement effacé de nos mémoires. Le ciel bleu sans pollution au-dessus de Paris, le chant des oiseaux partout, la Seine lisse et calme, les canards qui se baladent tranquillement en ville. Les dauphins à St Tropez, les baleines à Marseille, les sangliers à Rome, les paons à Barcelone, les moutons sauvages au pays de Galles, les pumas à Santiago du Chili… Toutes ces images sont des cartes postales du monde tel qu’il pourrait être si nous trouvions le moyen de ne le pas détruire autant. Ce qui en revanche ne rentre pas dans la carte postale sont les autres scènes dont nous avons été témoins : un système de santé ne pouvant fournir de protection de base à son personnel soignant au front ; des petites entreprises - et même de grosses boîtes - ne pouvant plus payer leur loyer ou leurs employés ; un gouvernement perdu et mal préparé donnant des recommandations et des ordres contradictoires.
    On a soulevé la pierre. Nous, en tant que nation, avons de gros problèmes. Ce n’est pas nouveau. Ce sont des problèmes qu’on ignore généralement, pas parce que nous sommes des gens affreux ou qu’on n’a pas envie de les résoudre, mais parce qu’on n’a pas le temps. Désolé, on a d’autres chats à fouetter. Peu importe vos origines, votre religion, votre genre, votre affiliation politique, même votre statut économico-social, nous partageons tous ça : nous sommes occupés. On se débat comme on peut pour faire fonctionner nos propres vies. On a des buts à atteindre, des réus à faire, des emprunts à payer - le tout pendant que le téléphone sonne et que les notifications d’emails apparaissent sur l’écran. Et une fois rentrés chez nous, Ikea et Mango et Stéphane Plaza nous font nous sentir assez bien pour nout lever le lendemain et recommencer à nouveau. C’est très facile de fermer les yeux sur un problème, quand on a à peine le temps de les fermer pour dormir. Le plus grand malentendu, celui qui cause de profondes et douloureuses tensions sociales dans notre pays, c’est l’idée que nous ne nous soucions pas des autres. Les blancs ne se soucient pas des problèmes des gens de couleur. Les flics ne s’intéressent pas aux communautés qu’ils servent. Les humains se foutent de l’environnement. Mais c’est faux : ça nous importe. C’est juste que nous n’avons pas le temps de faire quoi que ce soit pour le changer. Peut-être qu’il n’y a que moi pour penser comme ça… Mais peut-être que vous aussi.
     
    Le tapis roulant sur lequel nous étions depuis des décennies vient de s'arrêter. Boum ! Et ça vous donne probablement l’impression d’avoir été désarçonnés et jetés à terre - bordel, mais qu’est-ce qui s’est passé ? J’espère que vous pouvez aussi le voir comme ça : ce qui s’est passé est inexplicablement incroyable. C’est le plus grand cadeau qu’on ait jamais pu déballer de l’histoire de l’humanité. Pas le virus bien sûr, ni les morts, mais La Grande Pause. C’est, en un mot, profond. S’il-vous-plaît, ne vous détournez pas de la lumière éclatante qui irradie à travers la fenêtre. Oui, ça fait mal aux yeux. Mais le rideau est grand ouvert. Ce que cette crise nous a amené, c’est la possibilité unique de voir notre pays et de nous voir tels que nous sommes. A quel autre moment dans nos vies aurions-nous eu l’occasion de voir ce qui se passerait si le monde s’arrêtait, tout simplement ? C’est maintenant. Et nous y sommes. Les magasins sont fermés, les restos vides, les rues et les autoroutes désertes et la planète elle-même est devenue plus silencieuse (d’après les sismologues). Cet événement rarissime a mis en lumière la façon dont nous vivions. Et c’est étrange. Vraiment étrange. Parce que ça n’est jamais arrivé avant. Si nous voulons créer un monde meilleur pour nos enfants, si nous voulons des démocraties durables, nous devons faire attention à ce que nous ressentons en ce moment même. Je ne peux pas me mettre à votre place, mais seulement imaginer que vous soyez comme moi : dévasté, déprimé, attristé.
    Et n’est-ce pas le moment parfait pour H&M et Carrefour de m’aider à me sentir mieux ? Si je tenais le nouvel iPhone dans mes mains, si j’avais les dernières Nike aux pieds, si je pouvais siroter un Venti latte vanille de Starbucks, toutes ces mauvais pensés disparaîtraient. Vous pensez que je plaisante, que je nie aussi les bienfaits évidents d’avoir une économie dynamique. Vous avez raison. Notre façon de vivre n’est pas sans but. L’économie n’est pas fondamentalement mauvaise. Les marques créent des millions d’emplois. Comme les individus - et comme tout le reste d’ailleurs -, il y a des marques qui sont responsables et éthiques, d’autres pas. Mais elles font partie d’un système qui nous fait vivre. Nous avons sorti plus d’humains de la pauvreté grâce au pouvoir de l’économie qu’aucune autre civilisation dans l’histoire. Je comprends. Mais ses défauts ont été exposés à nu devant nos yeux. Ça ne marche pas pour tout le monde. Ça détruit beaucoup de choses. C’est tellement mal réparti que 3 hommes détiennent plus de fortune que 150 millions de personnes. Ses intentions ont été perverties et ses protections ont disparues. Nous avons été mis à terre par un pangolin. Nous devons maintenant faire mieux et trouver le chemin vers un marché mondial libre, mais responsable.

     


    En attendant, tenez-vous prêt(e)s. Ce qui est sur le point d’être lâché sur notre société, c’est la plus grande campagne de publicité jamais créée - pour que vous vous sentiez à nouveau normal. Ça viendra des marques, du gouvernement, ça viendra même d’entre nous. Ça viendra de tous les côtés. Nous ferons n’importe quoi, nous dépenserons n’importe comment, nous croirons tout, juste pour effacer l’inconfort que nous ressentons actuellement. Et pour que la vis soit bien resserrée, un effort supplémentaire viendra chapeauter le tout : un blitz généralisé pour vous faire croire que vous n’avez pas vu ce que vous avez vu. L’air n’était pas vraiment plus propre ; les images étaient fausses. Les hôpitaux n’étaient pas des zones de guerre ; c’était juste une métaphore. Les chiffres n’étaient pas si importants ; la presse a exagéré. Vous n’avez pas vu des gens aller voter en risquant leur vie. Pas en France. Vous n’avez pas vu le plus grand leader du monde libre faire l’apologie tel un VRP d’un médicament « miracle » sans aucune preuve de son efficacité. Vous n’avez pas vu les sans domiciles complètement abandonnés à leur sort. Vous n’avez pas vu l’inégalité. Vous n’avez pas vu l’indifférence. Vous n’avez pas vu l’échec du leadership et des systèmes en place.
    Mais pourtant, si. Vous n’êtes pas dingues, les ami(e)s. Et nous sommes sur le point de nous faire gaslighter comme jamais. Ça commence d’abord avec des petits avantages (ne dites pas qu’on ne vous a rien donné) puis ça va devenir tellement gros. Le business et le gouvernement vont s’associer pour nous en coller une à nous laisser, à nouveau, inconscients. Ça va aller vite. Ça va aller fort. Ça va nous dépasser. Le Grand Retour à la Normale.
     
    En tant que citoyen, je vous en supplie : respirez bien, ignorez le bruit ambiant assourdissant et concentrez-vous sur ce que vous aimeriez ré-installer dans votre vie. Nous avons la chance de redéfinir la normalité, une occasion rare et sacrée (oui, carrément sacrée) de se débarrasser des conneries et de ne remettre en place que ce qui marche pour nous, ce qui enrichit nos vies, ce qui rend nos enfants heureux, ce qui nous rend fier(e)s. C’est la méthode Marie Kondo appliqué à nos vies. Nous nous soucions des autres, c’est sûr. Ca se voit dans chacun des post Facebook qui terminent par #staysafe, dans chaque panier repas livré à une personne dans le besoin, dans chaque anniversaire sur Houseparty. Nous sommes des gens bien. Et en tant que gens bien, nous voulons définir - selon nos propres termes - à quoi notre pays ressemblera dans 5, 10, 15 ans. C’est notre chance de le faire, la plus grande qui nous ait jamais été offerte. La seule.
    On peut agir à son échelle, à la maison, en choisissant ce qu’on regarde, ce qu’on écoute, ce qu’on mange, dans quoi on décide de dépenser notre argent et où. On peut le faire localement, dans nos communautés, en choisissant les organisations qu’on soutient, les vérités qu’on énonce, les événements auxquels on participe. Et on peut le faire nationalement, avec notre gouvernement, en choisissant les leaders pour lesquels nous votons et à qui nous donnons le pouvoir. Si l’on veut un air plus pur, nous pouvons l’obtenir. Si l’on veut la protection de nos soignants lors du prochain virus - et protéger tout le monde -, nous pouvons l’obtenir. Si l’on veut que nos voisins et nos amis aient de quoi vivre dignement, nous pouvons l’obtenir. Si l’on veut que les enfants aient de quoi manger même quand l’école est fermée, nous pouvons l’obtenir. Et oui, bien sûr, si nous voulons une vie plus simple, nous pouvons l’obtenir aussi. A la simple condition de résister au gaslighting de masse qui se prépare. Ça arrive bientôt. Soyez prêt(e)s.