Profitez de 10% de réduction avec le code WELCOME10* et de la livraison offerte à partir de 40€ d'achat.
*Offre valable une seule fois.

Votre Panier

    Votre panier est vide
    Total : €0.00

    Vers la fin de la célébrité ?

    Le NYTimes titrait récemment « Celebrity Culture is Burning ». Dans ce papier brûlot d’une justesse dingue, le constat est simple : tout le monde n’est pas égal face au coronavirus et ça commence à bien se voir. Alors qu’on se bat encore pour équiper le personnel soignant, que l’incertitude augmente face à l’avenir économique, que les plus démunis n’ont pas de quoi manger, certain(e)s l’ont plus belle que d’autres. 

    On ne parle même pas de nos copains, partis se confiner dans leur résidence secondaire et postant de ravissants couchers de soleil sur Instagram à vous faire pleurer dans votre 30m2 parisien. On parle de nos anciennes idoles : les stars. Celles qui faisaient rêver, celles qui faisaient vendre. Celles qui, aujourd’hui, n’ont plus rien à dire depuis leurs palaces de quarantaine. 

    #wereallinthistogether vs. #guillotine2020

    Car l’heure est grave. Tandis que le monde entier vit une crise sanitaire sans précédent, les célébrités vivent, elles, une crise existentielle. Puisque nous sommes tous enfermés, à la merci d’un virus inquiétant, nos yeux sont désormais rivés sur les news ou vers des choses essentielles : notre famille, un télétravail, des recettes de cuisine, un grand puzzle, un bon bouquin, le ciel bleu par la fenêtre. Les célébrités n’amusent plus et tout le monde s’en fiche désormais de savoir comment va Kim Kardashian.

    Plus personne ne regarde les VIPs en ce moment et, lorsqu’ils prennent la parole, ils sont tellement à côté de la plaque - pour ne pas dire obscènes - qu’ils se font descendre en flammes par leurs anciens fans. Gal Gadot qui chantonne Imagine avec ses amis people, J-Lo se faisant servir le petit déj par son enfant (gâté) dans son jardin manucuré, Madonna et son traitement au laser à domicile, Jared Leto qui ignorait tout du coronavirus car il méditait dans un ashram, Vanessa Hudgens faisant part des ses réflexions ineptes, Madonna toujours philosophant dans un bain de pétales de rose... On a vu récemment apparaître ces témoignages naïfs de confinement de stars qui surlignent au grand jour une inégalité frappante. 

    Nos amies les célébrités font pourtant de leur mieux pour témoigner leur sympathie et leur empathie face à la crise, à coups de hashtags #staypositive d’une platitude rare ou de vidéos de lavage de mains au savon Aesop à 39$. Mais il y a quelque chose de prodigieusement agaçant à lire les appels aux dons de people, comme celui de Pharrell Williams (dont les revenus sont estimés à 150 millions de dollars) - vu les comments énervés en réponse à son Tweet, ça n'a échappé à personne...

    L’ironie, c’est que pendant que nous sentons de moins en moins proches des célébrités, celles-ci ont l’air de se croire plus proches de nous - parce qu’elles s’ennuient dans leurs villas luxueuses et qu’elles pensent qu’on vit la même chose. Pardon, mais non. Très clairement, aujourd’hui, l’élite n’a pas les mêmes problèmes que les masses. Et le peuple, lassé de ces excès, dégaine sur les réseaux sociaux des #unpeudedécence, #eattherich ou de très clairs #guillotine2020. Ca chauffe sous les paillettes.


     

    Les bonnes surprises

    Heureusement, tous les people ne sont pas complètement à la masse en ces temps difficiles. Certains se sont même révélés pendant ce confinement, faisant preuve d’humour, de créativité, de pudeur et d’une générosité bien senties. 

    Il y a ceux qui font ce qu’ils savent déjà faire, mais le font bien avec élégance : Yo-Yo Ma jouant du violoncelle pour les enfants, JK Rowling qui améliore l’école à la maison grâce à son personnage d’Harry Potter et, plus proches de nous, Fabrice Luchini lisant les Fables de la Fontaine, Arielle Dombasle faisant du Arielle Dombasle, Benjamin Biolay ou Lou Doillon chantant des chansons. 

    D’autres surprennent en révélant des talents ou des hobbies insoupçonnés, comme Anthony Hopkins jouant une valse au piano pour son chat, Arnold Schwarzenegger et ses ânes ou Elsa Zylberstein avec ses sketches mordants. Il y a aussi les politiques qui prennent parti pour un monde plus juste avec, surprise, redistribution des richesses comme Fran Drescher (The Nanny) ou la toujours surprenante Britney Spears.

    Enfin, il y a ceux qui font ce qu’ils devraient faire, à savoir des dons financiers - Blake Lively, Elton John, Donatello Versace, Jay-Z, Rihanna, Dolly Parton, Billy Joel, Lady Gaga... Simplement parce qu’ils sont privilégiés et qu’ils en ont conscience. 

    Et tous ceux-là, on les retrouvera avec plaisir quand tout ceci sera passé.